Vol en réunion à Abobo : un commerçant fait attaquer une supérette et renforce son stock avec le butin
Postée le 13-02-2020 / 44 Vues

Bolou A.H. est maintenancier en informatique. C’est un jeune entrepreneur de 41 ans qui, dit-il, a fait des économies pour s’offrir une boutique. C’est ce qu’il fait dans son quartier à Yopougon.

A présent, il doit l’achalander. Mais contrairement à ses « collègues » boutiquiers qui prennent attache avec des grossistes, Bolou se fait livrer en petite quantité, à travers des taxis communaux ou intercommunaux ou bien encore dans des véhicules de particuliers. Ce quadragénaire fait son petit bonhomme de chemin, et il est envié dans son entourage.

Cependant, à la vérité, l’homme est à l’origine de plusieurs cambriolages qu’il commandite auprès de ses amis que sont Bakayoko M. et Kouakou N., rompus dans « l’art » du vol. Munis de marteau, d’une perceuse de mur en béton, des couteaux et de gros tournevis, ils ne tardent pas à faire parler d’eux. C’est « sans forcer » qu’ils commettent six (06) cambriolages de magasins de demi-gros, au profit de Bolou. Insatiable, le maintenancier en informatique, qui a repéré une supérette à Abobo, exige de ses complices, qu’ils mettent la main sur le contenu. C’est pourquoi Bakayoko va prendre en location le véhicule immatriculé 5022 HL 01. Direction, Abobo-Té, où se trouve la supérette en question.

Le Dimanche 09 Février 2020, une fois les rideaux de la supérette baissée et la nuit tombée, Bakayoko et Kouakou, munis de leur arsenal, accèdent à l’intérieur dudit magasin. Ils s’emparent de plusieurs sacs de riz, de cartons de d’huile, de boîtes de conserve, de bonbons et de bouillons. Ils prennent leur temps pour tenter de remettre tout en ordre dans ledit magasin.

Finalement, ils quittent les lieux au petit matin. Aux environs de 7H à Abobo-Té, dans le dos des bureaux de la SODECI, l’équipe de patrouille du commissariat du 34ème arrondissement se retrouve nez à nez avec le véhicule de location, couleur grise. Les deux occupants prennent aussitôt la fuite en abandonnant ledit véhicule bourré de sacs de riz, de cartons d’huile, de conserves et autres. Les policiers remorquent le véhicule pour le commissariat, après une enquête de voisinage.

Quelques instants après, N. Amadou se présente aux policiers, pour déclarer le cambriolage de sa supérette à Abobo-Té, dans la nuit du Dimanche au Lundi. Il explique : « les voleurs, au nombre de deux, ont opérés à bord d’un véhicule dont il ignore l’immatriculation ». C’est ce véhicule qui a été formellement identifié par les policiers du 34ème arrondissement, après une enquête.

Le vrai propriétaire, Diallo T., opérateur économique, a indiqué que son véhicule sert de location et que son Bakayoko M. le lui a loué, depuis le Samedi, pour son week-end.

A Cocody-Angré, au domicile de Mory, qui a été interpellé, les policiers ont découvert une partie du butin : un coffre-fort, des arrache clous, un marteau, une perceuse de mur en béton, des couteaux, de gros tournevis, des cartons de parfum et autres. Il n’a fait aucune difficulté à reconnaitre les faits.

Puis, il a balancé à son tour son acolyte qui a été arrêté dans un restaurant à Angré Mahou. Il s’agit de Kouakou N.G., 42 ans.

Et enfin, Bolou A.H., le receleur chargé d’acheter le butin. D’ailleurs, il ne cessait de les joindre sur leurs téléphones. A la place de ses acolytes, ce sont des policiers qui ont débarqué à Angré-Pétro Ivoire, où il attendait « sa marchandise ». Sans difficulté, il a reconnu être l’acheteur du butin, après chaque cambriolage. En plus des magasins, les acolytes de Bolou lui livraient aussi des accessoires de véhicules et du matériel informatique qu’ils cambriolent dans des magasins, cybercafés et sur des véhicules.

                                                                                                                   M’BRA KONAN


Source : SOIR INFO
Autres articles