Potins et People

Jean-Jacques Kouamé tacle les politiques : « L'hypocrisie a atteint son paroxysme pour des postes éphémères »

Image

Jean-Jacques Kouamé dit JJK s’est invité dans le débat politique ivoirien. L’ex-jetsetteur reconverti en homme d’affaires a recadré les acteurs de la politique ivoirienne qui ont basculé ces derniers temps dans une dérive langagière.

Il s’invite rarement ou presque pas dans les débats politiques en Côte d’Ivoire. Mais pour cette fois, l’auteur de « Scénario » croit bien qu’il faille qu’il donne son point de vue en interpellant les hommes politiques. Car pour lui, si on n’y prend garde, il risque d’avoir le feu en la demeure. Toute chose qu’il est loin de vouloir. « Les Ivoiriens s’entredéchirent le mal n’est pas loin de nous », prévient-il dans un post sur sa page Facebook.

Justifiant son incursion dans le débat politique, JJK précise qu’il est inquiété par le mutisme des leaders politiques face à ses pressentiments d’un environnement crispé. « Aucun leader ne cherche à sensibiliser et à passer des messages d’apaisement », a-t-il déploré accusant ceux-ci d’être plutôt guidés par leurs intérêts personnels. « Les gens changent leur fusil d'épaule pour leur propre intérêt. L'hypocrisie a atteint son paroxysme pour des postes éphémères », s’est-il désolé.

À l’en croire, certes la diversité d’opinions est signe de démocratie toutefois, précise-t-il que tous devraient être guidés par l’intérêt suprême de la Nation ivoirienne. « Avoir des opinions politiques différentes se vit très bien ailleurs. Que chacun prêche pour sa paroisse mais n'oublions pas que nous avons un seul pays, une seule patrie, une seule nation. Si la Côte d’Ivoire tombe, nous coulons tous », a-t-il prévenu.

Selon JJK, les valeurs de paix, d’amour et de cohésion sociale doivent être prônée par tous dans les discours. « Évitons d'être hypocrite et de semer le trouble entre les partis politiques. Surtout entre les ivoiriens, célébrons l’amour et la paix. Ivoirien n’aime pas palabre », a-t-il recommandé. 

 

                                                                                                                                             Philip KLA