Potins et People

Eudoxie Yao inconsolable depuis le Burkina… Qui a volé son argent?

Image

La Go Bobaraba est inconsolable depuis hier nuit. « Je pleure des larmes de sang…». Affirme Eudoxie Yao depuis Ouagadougou.

Devenue artiste chanteuse, Eudoxie Yao est fréquemment au Pays des Hommes intègres. Elle s’y est dégoté un manager qui lui trouve de nombreux spectacles. Depuis un bon moment, Eudoxie Yao était donc en tournée dans plusieurs localités de ce pays.

 

Mais au moment où elle comptait rentrer au pays pour profiter de son butin de fête, elle est victime d’un malheur. Sortie dans la soirée du mercredi 26 décembre manger avec son manager, Eudoxie Yao constate que quelqu’un est entré dans son appartement et est parti avec tout le butin récolté pendant ses spectacles. Tous les efforts consentis, selon elle, sont donc partis à l’eau. Face ce constat douloureux, Eudoxie pleure depuis hier nuit.

 

« Je suis revenu d’un spectacle, donc j’ai encore ajouté de l’argent dans mon portefeuille ; j’avais au moins un million 600f. Et aujourd’hui, je suis sortie manger à 18h avec mon manager du Burkina Faso en laissant mon argent dans ma chambre et quand je suis rentré dans mon appartement vers 22h, je me suis dirigée vers mon sac pour chercher une colle pour mes faux ongles. A ma grande surprise, je trouve des colas et cauris, de la poudre, etc., dans mon sac. Je cherche mon portefeuille et je constate que tout mon argent a disparu !

Ne comprenant rien, j’appelle le manager qui arrive immédiatement. Interrogé, le gardien me dit que vers 19 h, quelqu’un est rentré chez moi, tenant un sachet noir. Interrogé à son tour, le propriétaire me dit que personne n’a le double de la clé. Comment se fait-il donc que quelqu’un soit venu ouvrir ma porte à 19h ? ». S’est indignée Eudoxie Yao.

Qui a donc volé l’argent d’Eudoxie YAO au « Pays des hommes intégres » ?

Affaire à suivre !

 

                                                                                                                                                                                  Par A.K