Faits Divers

Port-Bouët et Treichville : De jeunes élèves périssent en mer et en lagune

Image

En l'espace de quelques jours, les eaux ont endeuillé des familles à Abidjan, en causant le péril de deux gosses. Des élèves précisément.

 

Le premier cas de ces drames est celui de Emmanuel Aké, un adolescent de 14 ans, en classe de 4ème. Nos sources rapportent que le lundi 12 novembre 2018, l’adolescent qui habite avec ses parents au quartier « Jean-Foly », à Port-Bouët, part de la maison familiale pour rejoindre ses camarades. Tous conviennent d'aller s'adonner à une partie de baignade en mer.

Sur place, ils se mettent en tenue. Et, méprisant le danger que représentait la mer fortement agitée ce jour-là, les insouciants mômes se jettent à l'eau. Très vite, ces moments partis pour être joyeux se transforment en cauchemar. Notamment, pour l'un d'eux : Emmanuel Aké. Alors qu'il est en train de faire montre de son talent naissant de bon nageur, une énorme vague se détache soudainement et s'abat sur lui. Et lorsque cette énorme masse d'eau se retire, elle l’emporte au fond de la mer. Faisant ainsi disparaître l'enfant.

 

Pris de peur, les rescapés sortent précipitamment de l'eau. C'est à peine qu'ils enfilent à nouveau leurs vêtements, déboulent en direction de leur quartier, et font part de la disparition de leur camarade en mer.

Les parents d’Emmanuel sont rapidement informés. On imagine aisément leur état d'âme. Ils encaissent la triste nouvelle comme un coup de massue. Eux qui savent qu'il n'y a plus rien à faire. Car, c'est quasiment impossible de revoir vivant, un individu emporté par les eaux de la mer. Et ils n'ont pas tort. Car, des jours plus tard, soit le jeudi 15 novembre 2018, c'est le corps sans vie du malheureux élève que la mer rejette sur la plage.

Informée, la police se rend sur les lieux. Et en présence des parents éplorés, les agents de police procèdent au constat d'usage. Le corps du jeune garçon est enlevé par les pompes funèbres et transféré à la morgue de l'Hôpital général de Port-Bouët.

Plus tard ce même jeudi, aux alentours de 11h, la présence d'un autre corps sans vie est signalée. Cette fois, dans les eaux de la lagune, à Treichville.

Alertés, les sapeurs-pompiers militaires détachent une équipe de plongeurs sur place. Ce sont ces derniers qui repêchent le corps et le ramènent sur la rive. Là encore, c'est le cadavre d'un gamin. Le pauvre garçon est identifié, grâce à son père, un Nigérian, boucher de son état, résidant à l'Avenue 6, à Treichville. On apprend donc que le gosse qui est en classe de 6ème, répond au nom de Ibrahim Ganiyu.

Mais qu’est-il arrivé à ce pauvre enfant ? Là-dessus, nos sources expliquent que la veille, soit le mercredi 14 novembre, le garçon s'est noyé alors qu'il se baignait dans la lagune avec des amis.

Plus tard, après le constat de la police, les services des pompes funèbres enlève la petite dépouille, pour la transférer à la morgue du Chu de Treichville.

 

                                                                                                                                                                 Madeleine TANOU