Bien-être et Santé

Santé : Découverte d'une nouvelle maladie génitale chez la femme

Image

La Haute Autorité de la Santé (HAS) a découvert une nouvelle maladie génitale chez la femme. Il est possible que vous ayez cette maladie sans le savoir.

La chlamydiose est le nom de cette nouvelle maladie découverte par la HAS à l’aide de nouveaux procédés.  

L’information a été diffusée à travers un communiqué médiatisé.

Selon le communiqué, Chlamydia trachomatis est une bactérie principalement responsable de la chlamydiose génitale. Bien que cette infection sexuellement transmissible (IST) puisse se manifester par des atteintes génitales, en majorité chez les femmes, beaucoup sont porteurs de la bactérie sans le savoir. Ceci favorise la survenue de complications et la transmission de la bactérie au sein de la population. Pourtant, si elle est dépistée à temps, l’infection se traite aisément par antibiotiques.

Cette maladie qui agit sans symptôme est fréquente chez les femmes en activité sexuelle intense dont l’âge varie entre 18 et 25 ans, ainsi que chez les hommes. La femme enceinte n’est malheureusement pas épargnée.

Comment se manifeste cette nouvelle maladie sexuelle ?

D’après les spécialistes, la chlamydiose apparaît sous forme de trouble génital pouvant entraîner des complications sévères à savoir des atteintes inflammatoires pelviennes, des salpingites, une grossesse extra-utérine ou une stérilité tubaire. Le dépistage a alors deux objectifs majeurs : réduire le risque de complications à long terme chez la femme et limiter la propagation de l’infection au sein de la population, grâce à un traitement précoce.

Pour savoir si vous êtes atteintes de la maladie, les spécialistes recommandent le test de dépistage des Infections Sexuellement Transmissibles (IST).

« Le problème avec la chlamydiose c’est que les personnes atteintes ne manifestent pas tout le temps de symptôme. C’est pourquoi il est possible de l’avoir sans le savoir, d’où l’importance du dépistage. En cas de test négatif et de rapports sexuels non protégés avec un nouveau partenaire, le dépistage est répété chaque année. Si elle est dépistée à temps, l’infection se traite aisément par antibiotiques », assure-la HAS dans son communiqué.

                                                                                                                                         Emeraude ASSAH