Bien-être et Santé

Les dangers insoupçonnés du maquillage permanent

Image

La pose d'un maquillage permanent n'est pas sans risques. Le Conseil Supérieur de la Santé (CSS) a récemment publié un rapport sur le sujet. Environ 10 à 20% des personnes concernées se feraient enlever leur tatouage après plusieurs années.

Se faire tatouer un trait d'eye-liner parfait sur les paupières, l'idée est séduisante mais la décision n'est pas à prendre à la légère. Une récente publication du Conseil Supérieur de la Santé (CSS) nous met en garde contre le maquillage permanent. Selon le rapport, de plus en plus de complications sont signalées, certaines d'entre elles nécessitent d'ailleurs une intervention médicale. 

Les problèmes de santé, qui surviennent à court ou à long terme, peuvent être expliqués par différents facteurs: infection, manière dont le tatouage est réalisé, matériel non stérile, réactions allergiques, effets toxiques provoqués par les encres, etc. "Bien qu'un certain nombre de composants chimiques toxiques, tels que les métaux lourds, aient déjà été interdits dans les encres, il subsiste encore des composants dont la sécurité n'est pas prouvée. Il s'agit principalement des colorants aromatiques, utilisés de plus en plus fréquemment au cours des dernières années, qui peuvent contenir des composants potentiellement cancérogènes ou les libérer par dégradation", peut-on lire dans le rapport. 

Plusieurs recommandations à propos des conditions d'hygiène et de la composition du matériel ont déjà été formulées, notamment dans une résolution du Conseil de l'Europe et dans un arrêté royal du 25 novembre 2005. Mais le Conseil Supérieur de la Santé recommande également de lancer une campagne nationale de conscientisation pour informer le public, et en particulier les jeunes, des éventuels risques et inconvénients liés au tatouage. 

Celui-ci ne peut pas toujours être enlevé avec succès et des effets secondaires sont possibles. Le CSS demande aussi que les professionnels du tatouage et du maquillage permanent (ainsi que semi-permanent) soient enregistrés et contrôlés de la même manière. Ce n'est actuellement pas le cas. En outre, le secteur devrait être mieux informé et encouragé à ne pas travailler avec des produits d'origine douteuse. Au niveau européen, l'organisme prône une politique harmonisée grâce à une législation commune. 

Il n'est pas rare que les individus regrettent leur maquillage permanent, pour des raisons esthétiques ou médicales. D'après les données du CSS, 10 à 20% des personnes concernées se feraient enlever leur tatouage après plusieurs années, souvent au moyen d'un traitement au laser. Mieux vaut donc ne pas se précipiter et choisir un professionnel reconnu et qualifié.