Insolite

Une femme fouille le téléphone de son mari et écope de 3 mois de prison

Image
Un tribunal des Émirats arabes unis a emprisonné une femme pendant trois mois pour avoir fouillé le téléphone de son mari sans qu’il ne le sache.
Le mari de la femme a intenté un procès contre elle, l’accusant de violation de sa vie privée, et elle a été jugée.

Un tribunal de Ras Al Khaimah, l’émirat le plus septentrional des Émirats arabes unis, et réputé pour ses plages du golfe Persique, l’a reconnue coupable.

Dans sa déclaration contre elle, l’homme a déclaré que sa femme avait examiné son téléphone et avait copié toutes les données sur un autre appareil afin de pouvoir rechercher ces informations ultérieurement. 

Le mari a porté plainte après que son épouse qui aurait fait défiler le contenu de son téléphone pendant qu’il dormait.

Elle aurait ensuite transféré des images et des conversations sur son téléphone pour montrer à ses frères et sœurs.

Elle a affirmé que son mari lui avait donné son mot de passe et l’avait autorisée à regarder son téléphone puisqu’elle l’avait déjà surpris en train d’échanger avec d’autres femmes.

Les EAU ont des lois strictes en matière de cybercriminalité, notamment en matière de protection de la vie privée des personnes en ligne.

Certains sur Twitter ont défendu la femme, avec une affiche ajoutée: «Si elle ne se méfiait pas de quelque chose, elle n’aurait pas fouillé son téléphone. N’est-il pas honteux pour lui d’emprisonner sa propre femme?”

Mais d’autres ont dit qu’elle méritait d’être emprisonnée, l’une d’elles disant: «Elle mérite ça. Personne ne lui a dit de passer par son téléphone.”

S’adressant à Emarat Al Youm, les avocats Raed Al Awlaki et Mohammad Jad Al Mawla ont expliqué qu’en vertu des lois du pays, il est illégal de passer par le téléphone de quiconque sans leur permission.

Même dans les couples mariés, c’est une offense pour le mari ou la femme de fouiller le téléphone de l’autre, même si l’on soupçonne le conjoint d’infidélité.

En août, le président Cheikh Khalifa a promulgué de nouvelles lois sur la cybercriminalité qui pourraient condamner les criminels à des peines allant jusqu’à 25 ans de prison. 

                                                                                             BY FELICIA ESSAN ON 8 OCTOBRE 2018