Societé

Crise au Burida, le G14 met en garde : « L'AG a pris une décision qui n'est pas à discuter ni par le Conseil d'administration ni par le ministre de tutelle »

Image

La crise au Bureau ivoirien du droit d’auteur (Burida) s’intensifie. Des sociétaires membres de l’Assemblée générale constitués en G14 représentant les 07 collèges ont tenu ce mardi 2 octobre à Angré une conférence de presse pour réaffirmer la révocation de Mme Irène Assa Vieira, directrice générale de l’institution.

 

Ils ont pris Mme Irène Vieira à contre-pied. Elle qui au lendemain de l’Assemblée générale du vendredi 28 septembre la révoquant avait tenu une conférence de presse déclarant qu’elle ne bougerait pas de son poste parce que cette résolution était de « nul effet ». Voilà que les représentants des 07 collèges réunis au sein de l’Assemblée générale viennent de monter au créneau pour la voir partir de son poste.  

Pour ceux-ci, Mme Vieira qui s’était rendue coupable de fautes lourdes dans sa gestion de l’institution doit partir. Et, diront-ils, aucune autre institution ni même le ministre de tutelle ne peut les dissuader dans cette démarche. « L’Assemblée générale est souveraine et a pris une décision qui n’est pas à discuter ni par le Conseil d’administration ni par le ministre de tutelle », ont-ils tranché.

À en croire les membres du G14, le Conseil d’administration mandaté à cet effet doit s’exécuter. « La mission qu’on a confiée au Conseil d’administration doit se faire », clament-ils. Prenant au mot Mme Irène Vieira qui confiait que l’Assemblée générale n’avait aucune légitimité pour la révoquer, le G14 apprendra que l’AG est souveraine et par conséquent a tous les droits de décider de son sort conformément aux textes régissant l’institution. 

« On a donné quitus au Conseil d’administration de la révoquer suite aux constations faites. Et c’est sur la base de nos textes que nous avons pris cette résolution. L’AG est souveraine et a pris une décision qui n’est pas à discuter ni par le Conseil d’administration ni par le ministre de tutelle. Le Conseil a simplement à exécuter la décision de notre AG et ce sont nos textes qui le disent », a justifié ce groupement. 

Arguant que Mme Vieira n’a pas de respect pour les employeurs qu’ils sont, ils disent rester fermes sur cette résolution. « Il est connu qu’elle n’a aucun respect pour les artistes. Nous avons mandaté le Conseil d’administration de révoquer Mme Vieira suite aux constations que nous avons faites et c’est ce que nous attendons. La décision n’est pas à discuter ni par le Conseil d’administration ni par le ministre », a défendu le G14 qui apprend que le ministre de la Culture et de la Francophonie a reçu par deux fois à son cabinet le président du Conseil d’administration, Sery Sylvain. 

 

                                                                                                                                        Philip KLA