Insolite

Côte d'Ivoire- Jacqueville : Le partage du butin tourne au lynchage, 4 ''brouteurs'' arrêtés

Image

L’argent n’aime pas le bruit a-t-on coutume de dire. Cette maxime, 4 cybercriminels l’ont appris à leurs dépends. Après s’être bagarrés violement sur une plage de Jacqueville (68 km d’Abijan), 4 individus ont été interpellés par la gendarmerie, alertée par les témoins de cette scène peu habituelle.

Au cours de leur interrogatoire à la brigade de gendarmerie, les gendarmes vont vite se rendre compte qu’il s’agit d’un règlement de comptes entre cybercriminels. Les usagers d’une plage de la cité balnéaire de Jacqueville (sud) ont été secoués par une bagarre d’une extrême violence, mettant aux prises 4 jeunes gens. L’un d’eux se faisant passer à tabac à coups de gourdins et autres objets contondants par les trois autres.

Croyant avoir affaire à des enfants en conflits avec la loi, c’est tout apeurés que les habitués de cette plage vont faire appel à la gendarmerie pour mettre fin à ce pugilat. Après leur interpellation suivie de leur interrogatoire à la brigade de la ville, les 4 jeunes gens, qui vont s’avérer être des cybercriminels, seront conduits à Abidjan sur ordre du procureur de la république et mis à la disposition de la Plateforme de Lutte Contre la Cybercriminalité (PLCC), plus outillée dans ce genre d’affaires. Dans les locaux de la PLCC, plusieurs informations compromettantes, dont des photos, des vidéos à caractère sexuel, de faux documents administratifs et des codes de transfert d’argent vont être découvertes par les fins limiers du Laboratoire de Criminalistique Numérique (LCN) qui vont également mettre à nu le mode opératoire de ces ‘’brouteurs’’ (terme employé pour désigner les cybercriminels). En effet, ces indélicats individus, avec de faux profils se faisaient passer pour des femmes européennes et quête de relation amoureuse. Une activité qui leur aurait rapporté, selon leurs propres dires, la conquête somme de 71 000 euros soit plus de 46 millions de Fcfa.

Ainsi, KC qui a choisi ‘’Anne Sophie’’ comme fausse identité, accusait NO (celui par lequel le scandale est arrivé), alias ‘’Véronique Dacquembron’’ pour les besoins de la cause, d’avoir détourné son mandat d’un montant de 33 588 d’euros, soit 22 067 316 Fcfa. Voulant récupérer son butin, il va faire appel à DY : Marie Cécile et AD : Angela Grâce pour donner une correction à ‘’Véronique Dacquembron’’ afin de lui faire cracher le morceau. Un lynchage qui a conduit à l’interpellation des 4 escrocs.