Sport

Ligue Europa: Marseille a eu chaud face à Salzbourg, mais tient sa finale

Image

Marseille a arraché la qualification au bout du suspense jeudi 3 mai malgré sa défaite 2-1 face au RB Salzbourg et affrontera l'Atlético Madrid en finale de Ligue Europa le 16 mai à Lyon, après la victoire des Colchoneros face à l'Arsenal d'Arsène Wenger.

Un tiens vaut mieux que deux tu l’auras. L’Olympique de Marseille, qui avait pris un bel avantage au match aller dans un Vélodrome survolté, grâce aux buts de Florian Thauvin et Clinton Njie, devait se mettre rapidement à l’abri pour ne pas être en danger face aux assauts de Salzbourg à la Red Bull Arena. Et les hommes de Rudi Garcia ont eu un mal fou à venir à bout des Autrichiens.

Avec une équipe pratiquement égale au premier épisode, les Phocéens n’ont pas trouvé la solution pour inscrire ce premier but face à une équipe invaincue sur son terrain, et qui avait battu l'OM 1-0 pendant la phase de groupe. L'Olympique de Marseille, proche d'une cinquième finale européenne historique pour le football français, devait préserver ses deux réalisations d'avance ou alors assommer les Autrichiens d’entrée de jeu.

 

Amadou Haidara fait basculer le match

Peu dangereux depuis le début de la rencontre, Salzbourg finit par trouver la solution grâce au Malien Amadou Haidara, qui a récupéré un ballon à quarante mètres de son but et s'offre une percée dans l'axe. Haidara élimine Luiz Gustavo et enchaîne avec un pointu du droit (53e).

Si le match a basculé sur un exploit personnel, les locaux ont ensuite fait le break grâce à une frappe de Schlager, déviée dans sa propre cage par Bouna Sarr (65e, 2-0).

Marseille était devant à la pause (0-0), mais personne n’avait oublié que Salzbourg avait tout renversé face à la Lazio Rome en quart de finale retour. Les Autrichiens, qui s'étaient inclinés 4-2 à l'aller en Italie, avaient largement gagné le match retour contre les Romains (4-1).

 

Un suspense intense

Marseille, rigoureux et bien organisé, avait pourtant été très peu inquiété en première période. Pour réussir ce but, qui obligerait les Taureaux de Salzbourg à marquer quatre fois pour retourner en finale de C3, comme en 1994, l'entraîneur marseillais Rudi Garcia avait confié la pointe de l'attaque à Valère Germain. Et l’ancien Monégasque a raté la première grosse occasion des Marseillais à la 48e minute. Sur un centre de Payet, Germain (sorti à la 83e) tente une frappe de l’intérieur du pied qui passe à côté du poteau droit. Juste avant, c’est Lucas Ocampos qui trouve le petit filet (45e). Une tête de Florian Thauvin, qui touche la barre transversale, aurait pu permettre aux Marseillais de reprendre confiance (72e).

On pouvait penser que Marseille avait fait le plus dur au match aller. Mais personne ne pouvait empêcher les Autrichiens de rêver après un printemps fou en Coupe d’Europe et tant de rebondissements. Salzbourg, revenu à la hauteur des Phocéens, s’est offert les prolongations. Marseille a tenu le choc, et s’est sauvé in extremis avec ce but salvateur de Rolando (116e), rentré un quart d'heure plus tôt, qui est venu placer le plat du pied de la qualification sur un corner de Payet.