Potins et People

Dobet Gnahoré s'excuse pour ses propos sur le coupé-décalé

Image

L’artiste pluridimensionnelle Dobet Gnahoré s’excuse pour ses propos consignés dans le média confrère Jeune Afrique n°2960.

En effet, elle n’est pas allée de main morte parlant du genre musical phare en Côte d’Ivoire. La fille à Boni Gnahoré évoquait les répercussions négatives de ce concept musical sur la jeunesse et la société en général. « Aujourd’hui, à Abidjan, on entend que du “tapage”. Notre culture a été perdue. Depuis la fin de la crise, dans tous les maquis, on entend que du coupé-décalé, DJ Arafat et compagnie. Autour d’une bière, les gens écoutent de la musique pour s’abrutir et oublier leurs problèmes. Les Ivoiriens ont oublié que l’art était là pour rendre intelligent », pouvait-on lire dans les lignes de son interview dans Jeune Afrique.

Après le relais de ses propos dans les médias en ligne, l’on a pu apercevoir les critiques des internautes ivoiriens qui dans l’ensemble ont jugé ses propos trop durs. Surtout que dans la même période, il y avait les Awards du coupé-décalé, cérémonie sensée récompenser les meilleurs artistes de ce genre. Des médias étrangers sont même venus s’imprégner de cet événement cinq étoiles de la musique ivoirienne.

Quelques jours après, Dobet a tenu à s’excuser via son compte Instagram pour ses mots à l’encontre de cette musique. « Je tiens à m’excuser si mon interview dans Jeune Afrique a été mal interprétée ou a choqué beaucoup de personnes! Le but de mon message n’était pas de dénigrer le coupé décalé, mais de valoriser la diversité de notre culture ivoirienne à travers le monde et d’expliquer que la musique Ivoirienne ne se limite pas seulement à cette musique. »

C’était donc ça le véritable message qu’elle voulait véhiculer. « Dans mon interview je voulais aussi mettre l’accent sur l’impact que peuvent avoir certains textes grossiers sur notre jeunesse, et dénoncer aussi l’utilisation vulgaire de l’image des femmes dans certains clips.
Le coupé décalé est un mouvement que je soutiens, les frères et sœurs qui font du coupé décalé font l’honneur de notre pays. Ils ont créé un grand mouvement qui est suivi par toute la jeunesse. »