Insolite

Banditisme : Il vole des bijoux de 5 millions de F Cfa à la voyante Touré Massandjé

Image

Belle prise, que celle que viennent de réaliser les éléments de la police criminelle, basés à la préfecture de police de Yamoussoukro, tenue par Dosso Siaka, commissaire divisionnaire. Ces agents des forces de l'ordre ont mis le grappin sur Soya Raymond Juldas, né en 1999 à Dabou.

 Lui, c'est un égaré, spécialisé dans les cambriolages, notamment dans les hôtels. Il lui est imputé le vol à un Américain séjournant dans un hôtel de la ville, la somme de 700 000 F Cfa, un passeport et d’importants documents administratifs. C'est lui également, l'auteur du vol de la somme de plus de deux millions de F Cfa, trois téléphones-portables et un pistolet, à un opérateur économique burkinabé. C'est encore lui, qui fera parler de lui à la célèbre voyante Touré Massandjé. Cette dernière qui n'a rien vu venir, il lui a chipé trois téléphones-portables et des bijoux d’une valeur marchante de cinq millions F Cfa.

B. L., conseiller municipal, est au nombre de ses victimes. Soya Raymond l'a délesté d'un ordinateur-portable, de téléphones-portables et de la somme de deux millions F Cfa. Et c'est ce voleur-là, qui était depuis longtemps recherché, mais qui parvenait chaque fois, à se sortir des guêpiers des forces de l'ordre. Finalement, le « rat des hôtels » va tomber. Selon nos sources, en effet, le commissaire Dosso Siaka reçoit une information anonyme, faisant état de la présence de l'indélicat dans un hôtel. Et que cet individu, précise l'informateur anonyme, est celui-là même qui fait des misères aux clients des hôtels.

L'informateur signale que dans sa stratégie, ce scélérat prend une chambre d'hôtel comme un client ordinaire. Et une fois à l'abri des regards, ce voleur dont l’apparence le met à l'abri de tout soupçon, cambriole les chambres d'autres clients. Sans perdre de temps, le patron de la préfecture de police, en possession de cette très importante information, commet son équipe de la police criminelle sur les lieux. Ainsi, Soya Raymond Juldas est interpellé dans sa chambre, à l'étonnement du personnel. Personnel qui, au regard de ses fières allures, le prenait pour un « en haut des en haut ». Nous sommes dans la nuit du samedi 22 au dimanche 23 juillet 2017.

La fouille de son sac permet aux agents des forces de l'ordre, de découvrir plusieurs objets volés, pour lesquels, les victimes avaient déjà porté plainte. Soya Raymond Juldas est conduit manu militari, dans les bureaux de la préfecture de police, pour  continuation d’enquête. Là, les éléments de la police criminelle vont encore se rendre compte, qu'ils viennent de pêcher un gros poisson. C'est un repris de justice. Donc, un habitué des tours au mitard. Mis, entre autres, en prison, le 18 juillet 2016, il est libéré en décembre 2017, à la faveur de la grâce présidentielle. Jouant les innocents au début de l’interrogatoire, le fripon, sous le feu des questions, finit par se mettre à table.