Biographies

Portrait : Khady Touré, une étoile montante du 7ème art, un rêve d'enfant qui se réalise

Image

Belle, jeune, talentueuse, Touré Kadijata, aujourd’hui appelée Khady Touré est l’une des meilleures actrices ivoiriennes de sa génération. Un rêve qu’elle a mûri toute petite et que papa n’acceptait pas. Comment Khady arrivera-t-elle à braver papa et finalement évoluer dans ce don elle a toujours rêvé ?
Pour le savoir c’est ici et maintenant….  

Son enfance…..

Née le 13 Septembre 1988 à Bouaké d’un père militaire très sévère, Khady, toute jeune déjà, savait ce qu’elle voulait. Son rêve d’enfant était de devenir actrice et ce rêve, elle l’a gardé jusqu’à l’âge adulte.

Il faut savoir que Khady était très imaginative, inventant sans cesse des histoires qu’elle collectionnait dans un carnet.

Elle se surprenait souvent à imiter son père et les pleurs de ses frères quand celui-ci les punissait et transformant ces scènes en tragi-comique, pour susciter le rire.

Affectée plus tard à l’internat au Lycée Mamie Adjoua de Yamoussoukro, Khady usera de son talent inné en imitant la voix de sa mère au téléphone, arrivant même jusqu’à duper Mme le Proviseur du lycée pour couvrir ses sorties de l’internat.

 

Son bras de fer avec papa….

Après le Baccalauréat, son père décide de l’inscrire au tronc commun à l’université Abobo-Adjamé pour qu’elle fasse la médecine. Chose qu’elle n’a pas voulu puisque étant plus à l’aise avec les matières littéraires. Alors, Khady n’ira pas à l’école. Elle va alors passer le temps chez ses amies avant de rentrer après à la maison.  

En fin d’année, il faut présenter un résultat à papa. N’ayant pas suivi les cours, encore moins composé, Khady va fuguer de la maison et envoyer une note à papa dans laquelle elle lui promet de revenir à la maison que si et seulement si celui-ci acceptait de l’inscrire dans une filière littéraire qui la conduirait un jour au cinéma.

L’univers du cinéma….

Papa étant militaire, elle appelle ses supérieurs pour qu’ils lui fassent entendre raison. Papa finit par accepter et après une semaine de fugue, mademoiselle retrouve le toit familial. Il l’inscrit alors en journalisme et communication où elle obtient une Licence.
Mais, il faut savoir que lorsque Khady séchait les cours à l’université, chez ses amies, où elle se rendait, elle découvrait des magazines du cinéma, de casting. Souhaitant toujours réaliser son rêve, elle s’inscrira à des cours d’actorat où elle aura pour formateurs de grandes figures du cinéma ivoirien dont Mahoula Kané ainsi que Agbessi Adji.
Malheureusement, cela n’a pas abouti au cinéma. Une fois en regardant un film nigérian doublé en français, Miss Touré, très audacieuse, appelle l’un des numéros qui défilent et leur dit que le doublage (traduction) a été mal fait et qu’elle pouvait faire mieux. Le responsable, un anglophone, lui a demandé alors de se rendre dans leurs bureaux et lui demande de se tenir à l’écoute. Ce qui a été le cas. Il a l’a rappelée pour un casting où elle a été retenue pour jouer dans un film ivoiro-nigérian en 2008 intitulé « Le fruit non mûr ». C’était là, le premier rôle qu’elle jouait en tant qu’actrice. Mais le fait qu’elle ne puisse pas parler l’anglais lui a coûté un rôle important. Cela a donc fouetté son orgueil et est devenu un grand un combat pour elle et surtout un défi à relever. Mais va tourner aussi dans « Aujourd’hui, demain, à jamais ».  

Après sa Licence, Khady Toure décide d’aller au Ghana pour se former en anglais. Elle y passe 5 années à se former à la langue de Shakespeare. Et elle revient diplômée. Elle travaille ensuite dans une entreprise russe, ce qui va développer ses compétences.

En 2012, dans le rôle d’Émeraude qui va encore révéler son gros potentiel d’actrice. Un petit rôle dans « Le mec idéal » incarnant la femme du pasteur. Elle a joué aussi dans le film « Si Dieu n’existait pas » de Guy Kalou. Elle a aussi tourné dans un film au Ghana aux côtés de l’acteur Senanu Gbedao.

En 2016, elle franchit une autre étape en ouvrant sa structure « Brown Angel Entertainment » qui est sa propre maison de productions.

Voulant produire elle-même son film « L’interprète », elle va bosser pendant 2 années afin d’économiser. Il faut dire que Khady a eu beaucoup de chance avec les acteurs qui ont tourné dans ce film. Ils ont accepté de même diminuer leurs cachets pour lui permettre de tourner convenablement. Dans ce film, elle jouait le rôle principal en tant que ‘’Naturelle » l’interprète qui trompe son époux ‘’David’’ avec l’un de ses clients ‘’Newman’’, un richissime homme d’affaires qui est lui aussi marié et à qui, suite à des événements, elle demande d’assassiner son époux. Ce qu’il refuse.

Bien que ce film ait connu très grand succès, elle a quand même eu quelques difficultés à le produire. Notamment au niveau du délai étriqué (deux mois seulement, prélevés la plupart du temps sur les week-ends}. En dépit de des difficultés, elle tiendra bon et donnera finalement vie à son premier bébé avec beaucoup de succès.

 

Les apports de « L’interprète » dans la vie de Khady…

Son film « L’interprète » a comptabilisé la plus grande affluence dans les grandes salles de cinéma en Côte d’Ivoire. Nominé pour le FESPACO, le film remporté le prix du meilleur montage en 2017. Il est ensuite sélectionné cette même année au festival Ecrans noirs au Cameroun. Elle a effectué plusieurs voyages à cet effet. Et aujourd’hui papa est très fier d’elle, et de savoir que tout ceci est grâce au cinéma. Il faut savoir de Khady a œuvré toute sa vie pour se rapprocher de son rêve qu’elle a ainsi réalisé.

Sa vie de couple…

Très discrète sur sa vie privée, l’on sait seulement que Khady Toure s’est mariée religieusement à un certain monsieur Fatiga, un ho que des rumeurs présentent comme un homme déjà légalement marié. Vrai ou faux, la religion musulmane permettant d’avoir jusqu’à 4 femmes, ce n’est pas scandaleux.

Khady a fait sortir en 2018 cette année même « L’interprète 2 » qui a aussi eu un grand succès que le premier. Le prochain rêve de Khady Touré, c’est de fouler le tapis rouge du Festival des Cannes.  

Aujourd’hui, elle évolue en tant que responsable communication, interprète, réalisatrice, actrice et productrice. On dira que Khady est belle de l’extérieure comme de l’intérieur.

Nous ne pouvons terminer cet article sans les propres mots de Khady : « Même s’il tarde à se réaliser, porte toujours ton rêve en tête. Tu verras qu’une fois au bout du tunnel, tout ce que tu auras développé ne fera que porter ce rêve plus haut que tu ne l’avais imaginé. »
Parole de sagesse très forte.

                                                                                                                                    Dylaurette YOUKOU.