Crise à l'Africa Sports d'Abidjan : Simplice Zinsou règle ses comptes à ses anciens lieutenants « Ils sont dans la nuisance permanente » « L'Africa Sports est carrément sorti de ma mémoire »

Source: LINFODROME / 12 Mar 2019 / 65
#

L’ex-président d’honneur de l’Africa Sports d’Abidjan, Simplice De Messé Zinsou, est revenu sur ses rapports avec certains de ses anciens collaborateurs.

Incroyable mais vrai. Simplice Zinsou, l’ex manitou de l’Africa Sports d’Abidjan, a carrément oublié ce club. N’eut été le confrère L’inter qui l’a ‘’contraint’’ à parler de ce club qu’il a tant aimé, il se serait sans doute gardé de prononcer le nom de l’Africa Sports d’Abidjan ou d’aborder un sujet le concernant. « L’Africa Sports est carrément sorti de ma mémoire. J’ai comme le sentiment de n’avoir jamais dirigé ce club. Mon idée et mon ambition étaient de bâtir un club nationale débarrassé de toute étiquette tribale, un club qu’on ne peut pas confiner dans une région. », révèle-t-il dans le quotidien L’inter de ce mardi 12 mars 2019.

Simplice Zinsou gardent un mauvais souvenir de ses anciens lieutenants. Aujourd’hui encore, certains sont dans l’environnement du club et sont dans la « nuisance permanente ». « Ils sont dans la nuisance permanente. Je ne sais d’où ils tirent cette force mais ils sont quand même courageux pour être en permanence dans cette nuisance…Ce que je regrette, c’est qu’aucun d’entre eux n’a été capable de gratitude. Non pas seulement à l’endroit du dirigeant que j’étais, mais surtout dans nos rapports d’hommes. », a-t-il dit au sujet de ses anciens collaborateurs qui font actuellement face à une fronde.

Concernant les rumeurs selon lesquelles ZS a été amputé des deux jambes, l’ex-homme fort des Vert et Rouge, au rayon du verbe et au mot qui fait mouche, a tout simplement ironisé. « Ils sont méchants. Ils n’ont même pas eu la gentillesse de me laisser une jambe. », a-t-il dit, avant d’indiquer que les Ivoiriens n’avaient pas besoin de ces rumeurs : « Les Ivoiriens n’avaient pas besoin de ça. Que gagneraient-ils, ceux qui racontent cela, si j’arrivais à être amputé des deux jambes ? »

Simplice Zinsou se porte donc comme un charme, débout sur ses deux jambes, et peut continuer de pratiquer régulièrement le sport, non sans s’en remettre à Dieu face aux calomnies. « C’est Dieu qui décide du destin de chacun », a-t-il confié au confrère.

 

                                                                                                            Adolphe Angoua