Les baisers peuvent être à l'origine d'infections sexuellement transmissibles (Étude)

Source: AFRIKMAG / 24 Jul 2019 / 133
#

Une étude récente a révélé que le fait de s’embrasser pourrait être une raison possible de la gonorrhée – la maladie la plus résistante aux antibiotiques et de toutes les infections transmissibles sexuellement (IST).

 

C’est le résultat d’une nouvelle étude publiée dans la revue «The Lancet». La gonorrhée est une infection sexuellement transmissible (IST) causée par une bactérie appelée Neisseria gonorrhoeae ou gonocoque.

Les bactéries se trouvent principalement dans l’écoulement du joystick et dans le liquide vaginal.

La gonorrhée se transmet facilement d’une personne à l’autre: relations sexuelles vaginales, orales ou anales non protégées.

La nouvelle étude a indiqué qu’un baiser était également une voie de transmission importante mais jusque-là   inconnue.

Dans un rapport publié le 6 juin 2019, l’Organisation mondiale de la santé (OMS) a déclaré que plus d’un million de personnes contractent une maladie sexuellement transmissible (MST), ou IST, chaque jour dans le monde, notamment le chlamydia, là gonorrhée, trichomonase et le syphilis.

“En moyenne, environ une personne sur 25 dans le monde a au moins une de ces IST”, a déclaré l’organisme mondial.

Le professeur Kit Fairley de l’Université Monash, dans son étude actuelle, a affirmé que la communauté mondiale de la santé sexuelle «doit reconnaître que la gonorrhée est en augmentation et qu’il faudrait sensibiliser davantage sur les risques des baisers comme moyen de transmission».

Fairley est directrice du Centre de santé sexuelle de Melbourne et professeure de santé publique à l’Université Monash.

Il a déclaré: «Comprendre comment cela se transmet est la clé pour comprendre comment le contrôler. Si la transmission par baisers est une voie de transmission essentielle, il est donc important d’étudier de nouvelles méthodes de contrôle, telles que les bains de bouche antibactériens. . ”

L’étude a inclus plus de 3 600 hommes ayant des rapports sexuels sur une période de 12 mois à compter de mars 2016.

En cartographiant ceux qui n’embrassaient que leurs partenaires, par rapport aux relations sexuelles avec leurs partenaires, les chercheurs ont pu déterminer que la transmission de la maladie était élevée chez les personnes qui s’embrassaient uniquement et était plus élevée chez ceux qui avaient des rapports sexuels avec des baisers que chez ceux qui avaient du sexe sans embrasser.

                                                                                                                   Félicia ESSAN