Burida : Des jours chauds s'annoncent

Source: LINFODROME / 10 May 2019 / 116
#

Tête de fronde de la lutte pour le départ de la Directrice générale du Bureau ivoirien du droit d’auteur, Mme Irène Vieira, Fadal Dey a lancé un sit-in devant l’institution à partir du mardi 14 mai pour dit-il, « jusqu’à ce que satisfaction soit trouvée à notre revendication principale ».

 

Des jours chauds s’annoncent au Burida après une longue période d’accalmie dans l’institution. Alors qu’à la demande de certains artistes sociétaires de l’institution un audit dont les résultats n’ont pas encore été livrés, voilà que Fadal Dey a appelé ses pairs à un sit-in illimité à compter du mardi 14 mai 2019. À en croire, le chef de file de cette campagne, cette action sera maintenue jusqu’à l’obtention du départ de la tête de l’institution de la Directrice générale.

À l’en croire, sans même connaître auparavant les résultats de l’audit mené par l’Inspection général d’État avec le ministère de la Culture et de la Francophonie et une autre expertise, Mme Irène Vieira se serait rendue coupable de mauvaise gestion. D’où son insistance pour son départ de la Direction générale du Burida.

« Ce sit-in éclaté illimité se tiendra de 06h du matin à 23h45 minutes chaque jour jusqu’à ce que satisfaction soit trouvée à notre revendication principale, c’est-à-dire l’application de l’article 37 du décret 2015-271 du 22 avril 2015 fixant les attributions, l’organisation et le fonctionnement du Burida dont Mme Vieira qui n’est plus pour nous notre DG depuis l’AG du 28 septembre 2018 est tombée sous le coup. En clair ce sit-in illimité éclaté est organisé jusqu’à ce que Mme Vieira quitte définitivement notre Maison à tous, le Burida », brandit-il. Depuis l’annonce de cette action, Fadal Dey multiplie des rencontres avec des artistes pour les convaincre de la nécessité d’un tel sit-in qui apparaît à ses yeux comme la solution miracle pour une meilleure rétribution des droits d’auteur aux sociétaires et ayant droits.

Cependant, du côté de l’Administration du Burida, l’heure est à la sérénité et au travail, attendant les résultats de l’audit diligenté à la demande de certains artistes avant toute décision. Car pour les responsables de l’institution ce sit-in n’est pas opportun, les résultats de l’audit devant situer sur les responsabilités de l’Administration. 

 

                                                                                                                       Philip KLA